Les capitales européennes de la culture 2018 : Leeuwarden-Fryslân (Pays-Bas) et La Vallete (Malte)

Les capitales européennes de la culture 2018 : Leeuwarden-Fryslân (Pays-Bas) et La Vallete (Malte)
Partagez

La Valette (Malte) et Leeuwarden-Fryslân (Pays-Bas) ont été désignées Capitales européenne de la culture pour 2018.

Ce label permet de mettre en œuvre un vaste programme culturel tout au long de l’année.

Toute l’Europe vous propose un retour sur ce concept né en 1985 :

Objectifs

Le but de cette manifestation est, selon la Commission européenne, de : « mettre en valeur la diversité de la richesse culturelle en Europe et les liens qui nous unissent en tant qu’Européens ».

Plus prosaïquement, il s’agit, pour les villes ainsi mises à l’honneur, de promouvoir leur patrimoine  et leur dynamisme culturel à travers l’organisation de dizaines d’expositions, festivals et autres happenings, tout en bénéficiant d’une couverture médiatique non négligeable grâce à la labellisation européenne.

Financements

Comme pour la plupart des initiatives promues par l’Union européenne, l’organisation d’une telle manifestation est synonyme de financements européens.

Ces fonds sont accordés via le volet Culture du programme « Europe creative » (anciennement Europe Culture pour 2007-2013), doté d’un budget global d’environ 1,5 milliards d’euros pour la période 2014-2020, dont environ 30% alloués uniquement au volet Culture.

Mais l’intérêt  pour les villes désignées dépasse le simple cadre des subventions européennes, d’ailleurs jugées insuffisantes par la plupart des cités organisatrices. Il se trouve principalement dans les retombées positives en termes économiques et d’image de marque. Quatre villes françaises se sont déjà vu décerner le titre de capitale européenne de la culture : Paris en 1989, Avignon en 2000, Lille en 2004, et Marseille en 2013. En 2028, une ville française sera à nouveau à l’honneur.

La désignation

L’ordre des pays dont les villes peuvent prétendre à ce titre convoité est déterminé jusqu’en 2019. Des règles précises assurent une rotation entre les Etats membres.

Depuis 2009, deux villes au moins se partagent le label : l’une issue d’un « ancien » Etat membre, l’autre d’un « nouveau ». A ces deux lauréates peut s’ajouter une troisième, issue d’un pays tiers, par exemple un pays candidat à l’UE. C’est ainsi qu’Istanbul a porté le titre en 2010, conjointement à Pécs et Essen.

Une fois le « pays d’accueil » connu, reste à sélectionner les villes qui tiendront le haut de l’affiche une année durant. Quatre ans avant l’échéance, le pays désigné soumet aux institutions européennes une liste de villes présélectionnées.

La Commission réunit alors un jury chargé d’étudier chaque dossier et d’établir une recommandation. La décision finale revient au Conseil des ministres, qui tranche sur la base de la recommandation de la Commission et après avis du Parlement européen.

Rédacteur : CRIJ/CIED - Angela L.
Date création : 04/01/2018
Mots clés : culture2018

non quis, mi, Curabitur justo fringilla mattis